• La lettre Parlons Brignais - Tract


    Chère Brignairote,
    Cher Brignairot,

    Je conduis les membres de notre groupe « Parlons Brignais » pour les prochaines élections municipales. Je les remercie de leur confiance. Je donnerai le meilleur de moi-même pour la mériter.

    Au cours des prochaines semaines, nous allons vous convaincre que nous sommes capables d’assurer la gestion de notre commune pour les 6 prochaines années.

    Notre équipe réunit les compétences nécessaires à la conduite de la ville et représente ses différents quartiers. Elle rassemble des personnes de tout âge, de toute formation, de tout secteur d’activités, avec des sensibilités politiques larges et cohérentes. Une liste nouvelle qui dit non aux extrêmes et oui à l’équilibre.

    En bref, nous proposons des femmes et des hommes qui ont la meilleure formation qui soit : celle que nous donne la vie, tous les jours.

    Chers concitoyens, les conditions sont aujourd’hui réunies pour renouveler notre Conseil Municipal. Parlons Brignais est prêt à assurer la relève.

    Nous sommes fiers et heureux de vous présenter une liste à l’image de Brignais.

    Serge BERARD

  • Parlons transport

    Opacité et absence de vision : La volonté de l’équipe municipale a été depuis toujours de s’exclure du système de transports de Lyon. Et dans le même temps, la ville a progressé, créé des emplois. Les élus majoritaires, derrière un discours qui prône le « social » et « l’environnement », ont préféré, sans que les Brignairots n’aient jamais eu leur mot à dire, choisir l’intérêt des entreprises de plus de 10 salariés qui ont bénéficié de détaxe au détriment de l’intérêt des citoyens. Résultat :

    - l’organisation du transport à Brignais est inadéquate.
    - Brignais sera dans le nouveau Département du Rhône et désormais, par leurs impôts, les Brignairots devront financer la commune, la CCVG et le nouveau Conseil Général du Rhône, alors que la Métropole a fait sauter une couche administrative : le Conseil Général.

  • Parlons cadre de Vie

    - Oublis : Le réaménagement de l’avenue du Général de Gaulle en centre-ville devait favoriser la pratique de déplacement en mode doux et le stationnement (arceaux, ….), attendu par de nombreux Brignairots. Qu’en est-il et comment désormais répondre à cette attente ?

    - Inconséquence : Lorsque l’espace des serres s’est libéré voici une dizaine d’années, l’opportunité de créer des places de parking est apparue ; la majorité municipale n’a pas saisi cette occasion. On mesure la conséquence aujourd’hui de ce manque de prévision flagrant : l’engorgement du centre-ville et un déficit en stationnement.

    - Dénis : L’aménagement du square Hirschberg, voici quelques années, était l’occasion de créer un espace vert, en reprenant et en améliorant l’existant. A la place, a été réalisé un lieu minéral, sans âme et sans verdure, à l’encontre de tous les engagements pris lors des différentes campagnes électorales de privilégier les espaces verts.

  • Parlons cadre de Vie

    Refus du dialogue : L’aménagement du centre-ville est resté en plan. Il devait être terminé pour les élections. Le Conseil Municipal est en échec sur le sujet. Incapable de réunir les conditions d’un dialogue serein et constructif, notamment avec les commerçants, le Maire a baissé les bras. Sans doute attend-il sa réélection pour imposer son point de vue envers et contre la plupart des riverains et commerçants. Qu’attendons-nous de notre centre-ville, quels objectifs visons nous en le réaménageant, quelle place donnons-nous aux personnes en situation de handicap ? Voilà les bonnes questions qui doivent être posées et qui ne l’ont pas été.

  • Parlons Sport et Culture

    - Indifférence : La politique sportive de la ville n’est pas lisible. L’absence d’organisation permettant de construire un projet commun avec les sportifs, conduit à des investissements au coup par coup, sans vision d’ensemble. Elle laisse de côté des équipements vieillissants, comme le complexe P.Minssieux, des associations en difficulté, comme le football par exemple.

    - Confusion : La commune a créé une nouvelle organisation de la gestion culturelle, technocratique (le CERCA), avec l’appui de la gauche. A ce jour, les associations qui ont subi ce changement n’ont toujours pas compris quelle en sera l’utilité. L’incidence en termes de coûts sur les utilisateurs se fait déjà sentir. Pour leurs réunions, répétitions et autres activités, les associations doivent payer. Voilà comment décourager l’engagement bénévole.

    - Erreurs : Voici une dizaine d’années encore, la ville a eu l’opportunité d’aménager la maison située place Guy de Chaulhac. Ce lieu emblématique du patrimoine aurait pu devenir un lieu d’échanges culturels, et d’exposition permanent. La majorité actuelle a préféré en faire des salles de réunion supplémentaires et installer le club de la bonne humeur dans une configuration à deux étages, inadaptée pour cette association.

    Ce choix unilatéral a engendré insatisfaction, incompréhension, tout le monde a été perdant.

  • Parlons Démocratie

    La démocratie va de pair avec le renouvellement. Sans renouvellement, les dérives s’installent.
    De mandat en mandat, les élus finissent par ne plus écouter, se coupent des réalités et gèrent dans l’opacité. Des amitiés, voire des copinages, s’installent qui parfois conduisent à des dysfonctionnements et des décisions partisanes.

    C’est pourquoi, le renouvellement est une nécessité, à Brignais comme ailleurs. C’est pourquoi, chaque candidat de notre groupe s’engage à ne pas faire plus de deux mandats d’exécutif.

    Un élu qui explique qu’il est obligé de se présenter parce qu’il n’a pas de successeur, après avoir fait depuis plus de 30 ans de nombreux mandats, est en échec soit parce qu’il n’a pas su préparer l’avenir soit parce qu’il a tout fait pour éliminer tous ceux qui auraient pu prétendre à sa succession.

    Il participe à la mauvaise image et à la perte de confiance qui marquent la politique dans notre pays.


Notre programme issu de nos enquêtes et rencontres sera diffusé début mars.
Rendez-vous à partir du 10 mars pour nos 3 réunions publiques et le 18 mars pour notre meeting de fin de campagne.

En savoir plus